Que se passe-t-il avec le hoquet ?

Publié le : 06 janvier 20223 mins de lecture

En fait, un hoquet de courte durée n’a rien de grave et n’a, généralement, aucune importance sur le plan médical. En revanche, les « crises de hoquet », qui se font entendre bruyamment, sont généralement gênantes et, bien entendu, elles surviennent, presque toujours, dans les situations les plus impossibles.

Que se passe-t-il avec le hoquet ?

Le hoquet, connu en médecine sous le nom de singultus (terme latin signifiant sanglot ou halètement), est causé par une contraction involontaire et rapide du diaphragme, qui ferme la glotte. Lors de l’inspiration, le hoquet typique est provoqué par le choc de l’air aspiré contre la glotte fermée.

Conseils contre le hoquet

Les conseils pour se débarrasser de son hoquet sont nombreux. La plupart d’entre eux sont controversés dans leur effet. En voici une petite sélection :

– se couvrir les oreilles avec les pouces et le nez avec les petits doigts, en retenant la respiration

– chanter

– boire du vinaigre

– être effrayé

– manger du sucre

Toutes ces actions irritent le système nerveux parasympathique, qui appartient au système nerveux autonome. Peut-être que cela résoudra vos problèmes.

Sinon, attendre et voir aidera. En général, le diaphragme se calme à nouveau assez rapidement. Le meilleur moyen d’y parvenir est de se distraire. C’est probablement de là que vient l’ancienne coutume consistant à demander aux personnes souffrant de hoquet ce qu’elles ont mangé, il y a trois jours ou plus.

D’où vient le hoquet ?

En fait, le hoquet est une relique de l’époque prénatale. Pour le fœtus, le hoquet est un réflexe nécessaire. Il doit déjà s’habituer à la vie « extérieure » dans le liquide amniotique, ce qu’il fait, entre autres, par des exercices de respiration. La glotte fermée empêche l’entrée du liquide amniotique.

Après la naissance, le hoquet, biologiquement parlant, est une absurdité totale. Mais si son apparition continue à nous accompagner, au moins la fréquence est perdue : dans l’enfance, nous « hoquetons » 3 000 fois plus qu’à l’âge adulte !

Plan du site